L’église

Historique :

À l’origine dédiée à Saint-Sauveur , l’église fut placée sous l’invocation de Sainte-Foy de Conques, en 1059, par le seigneur de Tanavelle, Robertus de Castello, Robert II d’Auvergne, comte de Rouergue. De passage à Tanavelle, il fut frappé de paralysie et pria la Sainte. Cette dernière l’entendit et lui rendit l’usage de ses membres. L’édifice fut donné, à cette époque, au monastère de Conques et mis sous la protection de Géraud de Roffiac.

Depuis, la fête de Tanavelle est célébrée le premier dimanche suivant le 6 octobre, coïncide ainsi avec la fête de Sainte-Foy.

Construction :

Aujourd’hui gothique, l’église réemploie des éléments de l’ancienne église romane (IXe siècle), qui était probablement la chapelle du château des Mercoeur.

« Chœur-abside à cinq pans, voûté en étoile, précédé d’un arc triomphal brisé à deux rouleaux reposant sur colonnes engagées. Sur les chapiteaux, on remarque des fleurs sur tiges dont le style et les dimensions indiquent le XIIIe siècle. Le clocher, avec ses trois cloches, est une tour à quatre baies, surmontée d’une flèche. Il date de 1839 ; l’inscription au-dessus de l’entrée précise que l’entrepreneur, François DARCELIE, était âgé de 22 ans (pour souligner sa performance ou bien pour excuser son manque d’expérience ?). » (1)

Bénitier datant de 1763, signé Jean Badeve, orné de roue, volutes, damier, étoile, fleurs de lys, marguerite…


Annotations

1. MOULIER (Pierre), Eglises romans de Haute-Auvergne, III – région de Saint-Flour, éd.céer, Nonette 2001, Tanavelle, p. 173